LA DERMATITE DU BAIGNEUR

Depuis quelques jours des pratiquants d’activité nautiques nous décrivent des symptômes correspondant à la dermite des baigneurs :

La dermatite des baigneurs peut survenir en eau douce ou salée sous toutes les latitudes. Elle est due à la pénétration à travers la peau des baigneurs des « larves nageuses » 

Cette  dermatite se manifeste aussitôt après la baignade par des picotements aux points de pénétration des larves. Cela peut disparaitre rapidement ou peu après, apparaissent sur la peau de petites plaques rouges et des vésicules qui persistent cinq à quinze jours sans laisser de traces, mais qui peuvent provoquer des démangeaisons importantes. Ces éruptions sont localisées sur les parties du corps non couvertes par les maillots de bain ou au contraire sous le maillot de bain ou la combinaison

A l’occasion d’une nouvelle exposition, les lésions peuvent être accentuées par une réaction de type d’allergique .

Plusieurs espèces sont en cause : les trichobilharzia , des larves de méduses polypes hydrozoaire soies d’annelides polychètes..

Comme toujours l’eutrophisation est à l’origine du problème.
Ces espèces proliférant dans un milieu trop riche en nitrate et phosphates.

En ce moment, avec le bloom planctonique et les agrégats pélagiques qui se manifestent par le liga qui colmate les engins de pêche ,il est possible que des fragments isolés soient à l ‘origine des symptômes décrits.  

Pour une meilleure  connaissance du phénomène,  merci de nous signaler vos symptômes  via le questionnaire en ligne https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSenVFSzWcSW3M7OwEMCtTkbBJPUpso3sCnRNWmbcTQFTONnYQ/viewform?fbzx=-3094730598416697241&fbclid=IwAR3b5kMEi1GwTE3fxtezaxmXjqig2wLMW_8B2je9_OzviXxjwhwPaxwloz8

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Une eau vraiment potable ?

Carte de gauche : Les achats de glyphosate ( source : Basta Media)
Carte de droite : Population ayant été alimentée par une eau au moins une fois non conforme aux limites de qualité pour les pesticides ( source : Ministère des Solidarités et de la Santé )

Le dysfonctionnement des stations d’épurations nous laisse douter de la pureté de l’eau qui arrive à nos robinets.
La mauvaise qualité des eaux de baignade que nous subissons nous pousse à regarder de plus près les analyses effectuées par l’Agence Régionale de la Santé.

Les campagnes publicitaires des Syndicats des Eaux et de l’Assainissement assurent que boire l’eau du robinet est sans danger pour la santé et que c’est aussi un geste écologique qui préserve la planète en diminuant les impacts liés aux transports et à la production de déchets. 

Nous vous conseillons de vérifier la qualité de l’eau de votre commune sur  les sites suivants :

https://solidarites-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/eau#Les-pesticides-dans-l-eau-du-robinet

https://www.quechoisir.org/carte-interactive-qualite-eau-n21241/

Cependant, nous déplorons que les dosages de pesticides ne soient plus  publiés comme c’était le cas l’an passé. Il est reconnu que 3,9 millions d’habitants (soit 5,9 % de la population française), ont été alimentés par de l’eau du robinet au moins une fois non-conforme au cours de l’année 2020.  (voir carte https://solidaritessante.gouv.fr/IMG/pdf/2020_bilan_pesticides_vf.pdf )

Entre 2016 et 2018, vingt départements ont totalisé plus de la moitié de la quantité de pesticides achetée (cf. Basta Média : https://basta.media/augmentation-vente-pesticide-glyphosate-fongicide-herbicide-echec-plan-ecophyto-cancers. Avec plus de 3600 tonnes de ces toxiques vendues en 2018, la Gironde arrive en tête. Viennent ensuite la Marne, le Pas-de-Calais, la Somme et le Gard. Il est surprenant  de voir que la Gironde a peu de contamination de son eau potable !

Zoom sur les nitrates et le chlore :

Nitrate La présence de nitrates est considérée à « haute concentration si >10 mg N/L) » dans l’eau de boisson : la norme française est de 50 mg /L.
 A partir de 10mg cela augmente légèrement le risque de plusieurs types de cancer, (colo rectal, œsophage, rein, ovaire ..) car c‘est  une source endogène de nitrites cancérigène ( CIRC 1 ). Les nitrates sont aussi soupçonnés d’être perturbateurs endocriniens

Chlore, est un oxydant puissant qui, mélangé à l’eau, brûle les matières organiques qu’elle contient, et en particulier les germes pathogènes en une demie heure : mais aussi nos propres cellules. L’OMS recommande une teneur de 0,2 4/à 0,5 mg/l en sortie d’usine afin que  la teneur en « chlore libre résiduel » soitlimitée à 0,1 mg/litre au robinet.

Mais les normes ont triplées après les attentats du 11 septembre  puis avec la pandémie de Covid ; de ce fait nous relevons des taux élevés

A quand le retour de la consigne ?

La solution n’est pas de consommer de l’eau en bouteilles plastiques qui  vont agrandir  le  7ème continent et vous contaminer en  micros particules de plastiques libérées par le contenant.

Nous vous conseillons de filtrer l’eau avec des filtres à charbon actif  ou d’autres solutions proposées sur le marché ou de vous rapprocher d’un fournisseur d’eau dans des bouteilles en verres consignées.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pas de pause en hiver pour la pollution

L’hiver , la qualité bactériologique de l’eau n’est pas surveillée laissant place à tous les déversements .

Vous pouvez nous aider à prouver cette pollution et ses conséquences sur notre santé en participant à notre enquête sur  les symptômes survenus après une activité nautique ( lien dans notre Bio) 

⚠️Plus vous serez nombreux à répondre, mieux nous sensibiliserons les pouvoirs publics sur ce sujet. https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSenVFSzWcSW3M7OwEMCtTkbBJPUpso3sCnRNWmbcTQFTONnYQ/viewform?fbzx=-3094730598416697241

🤝Un réseau de citoyens basques a mis en place ce questionnaire anonyme visant à collecter de façon structurée les observations de la population locale et des usagers du milieu maritime afin d’évaluer la fréquence et les périodes d’apparitions de symptômes suite à une activité littorale (baignade, sport de glisse,  surf, plongée, pêche…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Ces vraies guerres toujours repoussées

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pêcheurs & défenseurs de l’environnement unis

Photo de gauche : Didier Martinez, thonier canneur à St Jean de Luz // Photo de Droite : Mikel Epalza, aumônier des pêcheurs

N’opposons pas les pêcheurs et les défenseurs de l’environnement nos buts sont les mêmes : un océan sain , propre à la vie.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les micropolluants dans les eaux potables

À la suite d’une décision adoptée, le 19 janvier 2022, par la Commission européenne, la présence potentielle de deux composés perturbateurs endocriniens devra être surveillée dans l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement en eau potable. 

Ces 2 perturbateurs endocriniens sont :
-bêta-estradiol ( pilule contraceptive) 
-nonylphénol ( détergents, produits ménagers )

Rappelons que lorsqu’ils sont présents dans les cours d’eau, ces perturbateurs contribuent à baisser la fertilité des mammifères, des oiseaux et des poissons . 

Il est donc urgent que nos stations d’épuration soient équipées pour filtrer et améliorer la qualité des eaux destinées à la consommation humaine. 

Découvrez le projet MICROPOLIT destiné à améliorer les connaissances sur la qualité des eaux du littoral sud-aquitain, vis-à-vis des micropolluants émergents.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les tueurs d’abeilles de nouveau autorisés en 2022 pour les betteraves.

🐝 Alors que les colonies d’abeilles souffrent de surmortalité et que l’année 2021 a été catastrophique pour l’apiculture ( 7000 tonnes de miel récoltés contre 30000 en 2021) ; une loi donne la réautorisation d’utiliser les pesticides néonicotinoïdes dans les champs de betteraves dès 2022 .

❗️Rappelons qu’en France, plus de 30 % des colonies d’abeilles disparaissent chaque année et 15 000 apiculteurs ont cessé leur activité.

❌ L’utilisation de pesticides entraîne de lourds impacts sur les populations des pollinisateurs :
-ralentissement du développement,
-malformations
-perte d’orientation (les abeilles ne retrouvent plus leur ruche)
-incapacité à reconnaître les fleurs

Ce qui est devrait être alarmant lorsqu’on sait que 80 % des cultures dépendent de l’action des insectes pollinisateurs.

Gardons une lueur d’espoir avec le vote à l’unanimité en octobre 2021 de l’Assemblée Nationale : « L’abeille, grande cause nationale ». En espérant que ce ne sont pas les mêmes députés qui ont voté l’autorisation des neonicotinoïdes …

🐝 Quelques gestes pour aider les abeilles :
-planter des fleurs dans votre jardin
-installer des hôtels à insectes
-lutter contre les frelons asiatiques.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

« Ne plus nourrir le 7ème continent »


🌍 Ce début 2022 signe une belle avancée en France dans la lutte contre le plastique à usage unique.
Une action à saluer lorsqu’on sait que notre pays produit chaque année 4,5 millions de tonnes de déchets plastiques et que 8 millions de tonnes de plastiques finissent dans nos océans.

🔍 Zoom sur ces produits désormais interdits :
-Emballages et sacs en plastiques utilisés pour les fruits & légumes
-Jouets en plastique offerts dans les menus pour enfants
-Emballages en plastique pour la livraison de journaux ( magazines & publicités)
-Les compagnies de livraison ont aussi signé une charte en s’engageant à réduire 50% de leurs emballages plastiques .
💧A quand le retour de la consigne pour les bouteilles en verre ?

🐢 Les animaux tout comme nous, humains , ingérons des particules de microplastique : une étude de l’université de Newcastle révèle que nous pourrions ingérer 5g de plastique par semaine ( via l’air, l’alimentation et l’eau).

⚠️ Afin de ne plus nourrir le «  7ème continent » né dans le Pacifique , il faut agir à la source : stopper la production de plastique à usage unique et changer nos modes de consommation .

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

En 2022, continuons d’être unis pour protéger notre océan et notre planète.

Merci à tous ceux qui nous ont soutenus en 2021 avec un bel élan contre Ostreopsis .
Gardons notre rythme en 2022 avec de nouveaux projets …

L’adhésion est très importante pour montrer la vitalité d’une association afin de lui donner plus de poids devant les différences instances.
Merci d’avance pour votre soutien .

Ci-dessous, extrait de l’article de Médiabask du 3 Janvier 2022 .

La pollution, un sujet qui fait des vagues

La présence de liga (ou boue marine), les pollutions aux hydrocarbures, aux nitrates ou encore aux microplastiques ne sont pas toujours simples à détecter à l’œil nu, rappellent les associations environnementales durant l’été. Or, la présence de substances chimiques dans l’eau ne fait pas, en temps normal, l’objet de prélèvements par les autorités sanitaires, qui se focalisent sur la pollution bactériologique.

L’Agglo diligente et participe à plusieurs études dont l’une d’entre elle vise à analyser la présence de tensioactifs dans les mousses marines et une autre, à identifier les origines du liga.

De leur côté, Coordination santé environnement Vague toxique et le Collectif des associations de défense de l’environnement (Cade) mènent aussi l’enquête. Du 25 juin au 31 août, ils récoltent les témoignages d’usagers du littoral basque. Ils relèvent 548 signalements pour soucis de santé. Parmi eux, 396 proviennent d’habitants des Pyrénées- Atlantiques.

L’enquête, menée en collaboration avec la dermatologue de Biarritz Sylvie Peres-Pierron, démontre aussi que l’apparition de l’algue ostreopsis n’a pas été favorisée par des conditions climatiques extraordinaires (pluie ou chaleur).

https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20220103/malaise-sur-les-plages-avec-l-ostreopsis-siamensis

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LES ADDITIFS AU NOM DE CODE : E

Pour la petite histoire, certains additifs sont utilisés depuis l’Antiquité, par exemple le sel de mer ou les nitrites. L’industrialisation des modes de production s’est accompagnée d’une multiplication des additifs alimentaires permettant de produire en grande quantité et de repousser les dates de péremption.
Le but de ces additifs étant que le consommateur reçoive un produit appétissant  avec une belle texture et du goût.

Plus de 300 additifs alimentaires sont autorisés dans l’Union européenne, on compte parmi eux : des agglomérants , des épaississants , des correcteurs d’acidité, des exhausteurs de gout et autres agents de textures sont autorisés.

L’INSERM et L’ INRAE ont calculé la quantité d’additifs avalés par les français : 155,5 milligrammes d’additifs / kilo de poids corporel soit 4kg pour un français de corpulence moyenne et jusqu’à 9kg pour un consommateur accro à la malbouffe !

Le top 50 comprenait également plusieurs additifs alimentaires dont les effets négatifs potentiels sur la santé ont été suggérés par des études expérimentales récentes : lécithines (86,6 % des consommateurs), mono- et diglycérides d’acides gras (78,1 %), carraghénane (77,5 %), nitrite de sodium (73.9 %), di-, tri- et polyphosphates (70,1 %), sorbate de potassium (65,8 %), métabisulfite de potassium (44,8 %), acésulfame K (34,0 %), cochenille (33,9 %), nitrate de potassium (31,6 %), sulfate d’ammoniaque caramel (28,8 %), bixine (19,5 %), glutamate monosodique (15,1 %) et sucralose (13,5 %).

Plus connus sous le nom de E :https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/

E471 (céréales transformées, huiles, crèmes, pâtes, cacao, produits à base de chocolat, aliments infantiles, compléments alimentaires…) : Des études pourrait occasionner une augmentation de la perméabilité de la barrière intestinale et favoriser ainsi les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, une adiposité accrue (syndrome métabolique), et le développement de diabètes.

E407  (Très nombreuses catégories d’aliments, interdit dans certaines confiseries (risque d’étouffement) : Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé les carraghénanes dégradés comme cancérogènes possible (groupe 2B). 

E250 et E249 ( Viandes transformées non traitées et traitées thermiquement, diverses charcuteries locales traditionnelles ) : Lors de la digestion, les ions nitrites réagissent avec les acides aminés issus des protéines pour former des nitrosamines. Or 4 de ces substances sont classées cancérogènes probables (avec, en particulier, un risque accru supposé de cancer du côlon)

E621 : ( Très nombreuses catégories d’aliments, interdit en alimentation infantile)  De possibles effets reprotoxiques et embryotoxiques ont été soulevés. 

Certains noms paraissent naturels mais n’existant pas ainsi à l’état naturel , ils deviennent toxiques pour notre organisme .

C’est tout le problème des aliments hyper-industrialisés. ( Cf notre article sur la malbouffe)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire