Eaux troubles

L’Agence Européenne de l’Environnement a publié son rapport annuel sur la qualité des eaux de baignade : 83% des sites européens sont considérés comme excellents.

Nous pourrions nous réjouir de ces très bons résultats basés sur  22 276 zones de baignade des 30 pays européens. Cependant, nous découvrons comme toujours que seuls les paramètres bactériologiques de la période estivale ont été retenus (laissant de côté la pollution chimique).

Article SUD OUEST

Remarquons  que La France obtient une 19ème place avec seulement  77.5 % d’échantillons d’excellente qualité, notamment ceux prélevés sur nos plages du littoral basque ; même  l’Espagne fait mieux avec une  est 11ème.
Cela est à rapprocher de l’action des pêcheurs ( CIDPMEM 64-40) à cause de la prolifération du liga. Ceux-ci portent plainte pour « fait de pollution des eaux par rejets de substances nuisibles » .

« Si le panache de l’Adour est incriminé , l’insuffisance des systèmes d’épuration sur la Cote Basque qui rejettent des concentrations d’azote 3 fois supérieures  à celles qu’on trouve normalement en eau  douce » est aussi pointée du doigt  .La partie littorale du départ 64 devrait normalement être classée « ZONE SENSIBLE A L’EUTROPHISATION ».
  Ce qui obligerait à des recherches  de polluants chimiques tels que les nitrates ( azote)et les phosphates et donnerait droit à des subventions de la part de l’Europe pour les traiter.

Le liga dans la main d’un pêcheur . Crédits photos: SUD OUEST

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Pavillon Noir pour nos Stations d’Epurations ( STEP)

Il y a à peine 10 jours, nous apprenions que 14 plages de la Côte Basque allaient arborer le Pavillon Bleu (« gage de la qualité des eaux de baignade »), et voilà que reprend  ce 1er juin 2021 la valse des fermetures des plages pour risques sanitaires.
Et pour cause ! Les stations d’épuration datent du siècle dernier.

A cette époque, il était prévu un doublement de la population l’été, actuellement cela est plutôt multiplié par 6 voire 8 !
Avec les nouveaux modes de tourisme comme AirBnB, la population saisonnière a augmenté, entrainant des rejets d’eaux usées bien supérieurs aux capacités de nos stations d’épuration.

Nos STEP  peinent donc à remplir  leur rôle d’assainissement et  débordent dès qu’il y a de fortes pluies qui se mélangent dans les égouts . Alors se déversent dans notre océan le surplus d’eau chargé en polluants chimiques et bactériologiques. Ce sujet n’est pas glamour mais chacun devrait  s’interroger sur ce que deviennent nos rejets quotidiens et exiger une épuration adéquate .

Quand profiterons nous  des innovations dans ce domaine car elles existent. Le non-traitement de la pollution en amont et la présence d’émissaires en mer qui rejettent les eaux usées est un enjeu de  santé publique (de plus en plus d’infections sont constatées )mais aussi économique, même si ce Pavillon Bleu veut nous faire croire le contraire.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Pavillon bleu du Greenwashing

Depuis quelques jours, nos élus se félicitent de pouvoir hisser le   « Pavillon Bleu » sur 14 plages du littoral basque

Mais comment obtient-on ce label ? Celui-ci est remis uniquement aux communes qui en font la demande via un dossier payant (  1970 euros par commune +130 euros par plage).
Ce ne sont pas des félicitations gratuites remises par une association environnementale mais bien une volonté des agglomérations de financer cet  éco-label pour rassurer les locaux ou les touristes  inquiets.

Ce label est basé sur 5 groupes de  critères  dont 4 ont une relation lointaine avec la qualité de l’eau :

Propreté et déchets  (collectes et tri , poubelles…)
-Affichage  (plan, critères du pavillon ,éducation environnementale…)
-Sécurité ( poste de secours , zonage des activités…)
-Equipement ( sanitaires, accès PMR ..)

Le  5èmeconcerne  la qualité de l’eau : le -classement de l’eau de baignade en qualité excellente selon la directive 2006/7/CE est nécessaire

C’est le serpent qui se mord la queue puisque ce sont les critères habituels de l’ARS (Agence Régionale de Santé ) qui sont retenus avec ce que l’on sait des analyses faites en dehors des fermetures préventives qui masquent les débordements de pollution

Pour la qualité des eaux de baignade : rappelons que seule la pollution bactériologique est analysée, exit la pollution chimique déversée par les activités humaines , agricoles & industrielles ! Pourtant avec l’augmentation des algues vertes le sujet devient préoccupant…

Signalons le seul critère intéressant qui est « l’absence d’influence de rejet à proximité des zones de baignade. » Cependant, la présence d’ émissaire en mer rejetant des eaux de station d’ épuration  sous dimensionnées ne semble pas avoir   été retenue ( à Bidart et Biarritz.)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Algues sur le littoral Basque

Vous avez découvert ce phénomène relaté dans la presse ou l’avez observé sur le littoral : nos rochers sont couverts d’algues vertes.
Comme pour toutes les plantes, la chaleur aide à leur croissance mais elles ont aussi besoin de nutriments comme le nitrate et le phosphore abondamment rejetés dans l’océan par les activités humaines.
⚠️ La Côte Basque devrait peut-être se préoccuper du problème si elle ne veut pas rejoindre la Bretagne?…

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LA GRANDE MURAILLE VERTE , L’ESPOIR DE VEGETALISER UNE ZONE ARIDE EN AFRIQUE

«Ce qui était mort revient à la vie.» témoigne Ibrahim Dan Ladi , un agriculteur africain.
L’Union Africaine a lancé en 2008 le projet de la « Grande Muraille Verte » pour lutter contre l’avancée du désert liée à la déforestation et au changement climatique qui ruine l’agriculture africaine en augmentant la pauvreté & les conditions sanitaires.

Cette Grande Muraille Verte s’inspire des « Ceintures vertes »: en effet, au début il était question de planter uniquement des arbres sur une distance de 7000km allant du Sénégal au Djibouti avec une largeur de 15km.  Finalement, ce sont d’autres types de cultures qui ont été intégrées au projet: maraichères ou céréalières afin de relancer l’activité économique et sociale .

 Le projet, maintenant dans sa deuxième décennie démontre comment exploiter le pouvoir de la nature pour fournir, simultanément, des solutions politiques à des menaces environnementales , telles que la dégradation des terres, la désertification, la sécheresse, le changement climatique, la perte de biodiversité, la pauvreté et l’insécurité alimentaire.

Des résultats positifs sont déjà visibles : au Sénégal, déjà 12 millions d’Arbres résistants à la chaleur ont été plantés comme l’acacia et le dattier dont la sève et les feuilles sont aussi utilisées pour fabriquer des médicaments et des cosmétiques. De plus, certaines espèces d’oiseaux qui avaient disparus  y ont fait leurs nids ; une belle victoire pour la biodiversité !
En Ethiopie, ce sont 15 millions d’hectares de terre qui ont été restaurés.

Cette Grande muraille verte est un Grand symbole d’espoir pour le peuple africain qui avance jour après jour avec pour objectif la restauration de  100 millions d’hectares de forêts d’ici 2030.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

La renaissance d’une forêt primaire * Journée internationale des Forêts 2021

A l’occasion de la Journée Internationale des Forêts, nous vous partageons le Podcast de Francis Hallé, botaniste français qui a le projet extraordinaire de faire renaître une forêt primaire en Europe.

Podcast : «Où est le beau ? »  créé et réalisé par Hélène Aguila

https://podcasts.audiomeans.fr/ou-est-le-beau–e3661bd93b5f/-98-francis-halle-ce-que-la-foret-dit-de-nous–bd9cb7fafde5

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Cracking, cette bombe sanitaire de la malbouffe


Le cracking, ou « fragmentation » en français, utilisé avant pour le pétrole,  est une méthode industrielle qui consiste à décomposer un aliment brut  en plusieurs ingrédients. Une fois ces constituants séparés, bien souvent sous l’aspect de poudres ou sirops ; l’industriel peut  recombiner ces éléments comme bon lui semble afin de recomposer un nouvel « aliment » appelé Aliment Ultra Transformé  (AUT) , ils sont aussi généralement peu périssables et consommables très facilement à tout moment

Prenons l’exemple du craking du grain de blé : la première étape est le raffinage, pour obtenir de la farine blanche en enlevant  la couche externe du grain, appelée son de blé, et le germe. Ensuite, la farine sera fractionnée en amidon et gluten. Un gluten accusé de provoquer des intolérances, et systématiquement présent à haute dose dans les aliments industriels …. Les derniers fractionnements sont les plus problématiques : dextrose, sirop de glucose, de fructose… que des mauvais sucres. Au final, un simple grain de blé est décomposé en treize éléments différents !

Les œufs, le riz, le blé, le maïs, la pomme de terre ou encore le lait peuvent être « cracké » en dizaines de formes différentes pour refabriquer d’autres aliments : pains céréales, biscuits, poissons panés, soupes instantanées…

Cependant, ces matières premières ont été tellement transformées qu’elles ont perdu leur valeur nutritive. On qualifie leur apport énergétique de “calories vides” : vides de fibres vitamines et de minéraux, essentiels au bon fonctionnement de votre organisme

Selon Anthony Fardet, chercheur en nutrition à l’lNRA de Clermont Ferrand « Le craquage casse ce qu’on appelle la “matrice” de l’aliment. Or la matrice, c’est l’essentiel. La matrice de l’aliment, c’est son architecture. Deux aliments de même composition mais avec des matrices différentes n’auront pas le même effet sur l’organisme. »

Cette matrice joue en réalité un rôle très important au moment de la digestion, nos sucs digestifs , notre foie et notre cerveau  sont adaptés à l’aliment naturel : les ingrédient issus du Cracking  certes naturels perturbent  gravement notre métabolisme et sont aussi à l’origine d’un appauvrissement du microbiote : son disfonctionnement est à l’origine de l’apparition de bon nombre de pathologies, affectant toutes les sphères de l’organisme : digestive( maladie intestinales et  inflammatoires chroniques : MICI), métabolique( diabète obésité ), cardiovasculaire, neurologique, psychologique, auto-immune, etc…

Au-delà de la perte des intérêts nutritifs de ces produits, les aliments ultra-transformés présentent un danger supplémentaire : souvent trop riches en sucres et sels cachés, ils sont responsables de l’augmentation des pathologies chroniques comme l’obésité, le diabète et provoquent aussi des allergies et cancers.

Afin d’éviter ce bricolage moléculaire des industriels, la solution est de limiter au maximum la consommation des AUT et de favoriser la préparation de ses repas à partir de denrées brutes. En plus du plaisir de cuisiner et de faire son marché, on maîtrise le nombre des ingrédients  et on s’émancipe de tous les additifs imposés dans les préparations culinaires prêtes à l’emploi. Une bonne santé passe par l’assiette !

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Le Danger Invisible des Ondes Électromagnétiques

Les nouvelles  technologies numériques nous permettent de communiquer de plus en plus vite, avec son lot de dangers pour pousser ses performances. Au siècle dernier il n’était pas rare de traverser en voiture un petit village à 100km/h ; le ferions nous aujourd’hui  .De même,   pourquoi s’infliger  un danger invisible en  ondes électromagnétiques  pour aller plus vite dans nos communications ?


Les smartphones sont depuis 2011 dans le viseur de l’OMS qui avait considérés nos téléphones comme « peut-être  cancérogènes pour l’homme ». Pourtant en 10 ans l’avancée des  technologies  n’a pas pris en compte cette mise en garde et nos ingénieurs ont continué de pousser la vitesse de nos communications grâce à des ondes électromagnétiques de plus en plus néfastes pour notre santé.
Vu le déploiement et l’emplacement des antennes 5G installées près de nos habitations, nous pouvons penser que les pouvoirs publics français ne s’inquiètent pas des conséquences de ces ondes  sur  notre santé. Pourtant, selon les premières évaluations de l’Agence Nationale des Fréquences, l’arrivée de la 5G se traduira par une augmentation significative de l’exposition aux champs électromagnétiques.

Seule la Belgique dès 2014, a fait un petit pas en interdisant la publicité et la vente de téléphones portables pour enfants de moins de 7 ans. Une décision du  gouvernement belge qui  s’est inquiété de l’influence des ondes électromagnétiques sur le cerveau en plein développement des enfants.

Les dommages causés par les ondes émises par l’usage poussée et quotidienne  du téléphone ont été prouvé par la justice italienne. En effet, la société Telecom Italia a été condamnée à verser des indemnités à l’un de ses employés atteint d’une tumeur au cerveau. Celui ci a travaillé pendant quinze ans avec son téléphone 5 à 6h par jour. Pour prendre cette décision, les juges italiens se sont appuyés sur les conclusions de  « chercheurs indépendants » ne niant pas le risque accru de cancers  et n’ayant pas d’intérêts financiers  liés au résultat du procès. Ainsi les lobbies de la télécommunication n’ont pas pu influencer ces études dans leurs propres intérêts.

Les choses ont commencé à bouger en France avec le lancement d’une enquête sur l’environnement du travail suite au décès en juillet 2020 d’un employé d’ATOS (multinationale française de services informatiques cernée par 3 antennes relais et renfermant de nombreuses sources de rayonnement électromagnétique). Cet homme était atteint d’un gliome dans la région temporale droite, une tumeur très agressive. . Entre 2015 et 2019, sept autres cas de gliomes ont été recensées dans l’entreprise …le lien entre les ondes électromagnétiques et ces cancers suscite des craintes

Côté 5G, avec une transmission de données annoncée 100 fois plus rapide qu’avec la 4G actuelle, qui mise sur des fréquences de transmissions plus hautes (3-30 GHz), c’est peu dire que nous serons submergés de données, et donc d’ondes. Cette technologie repose en partie sur l’utilisation d’ondes à très haute fréquence et  va utiliser deux nouvelles bandes de fréquences radio : celles des 3,5 GHz jusqu’en juillet 2026, puis celle des 26 GHz.

Nous pourrions comparer ces nouvelles technologies aux premiers bolides puissants : l’homme a eu besoin de pousser la vitesse  jusqu’à ce que les pouvoirs publics s’alarment  des dangers face aux nombres croissants d’accidentés et imposent strictement des limitations sur les routes.
 En sera t-il de même pour les ondes électromagnétiques dans les années à venir face à l’augmentation de patients souffrants de tumeurs cérébrales et de troubles d’électrosensibilité ?

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Trancher dans le jambon

Une fois de plus, les associations lancent l’alerte ( Foodwatch, Ligue contre le Cancer et Yuka) en s’appuyant sur une pétition récoltant plus de 300 000 signatures : la procédure a été lancée pour interdire ces nitrites.

 Mais cette cancérogénicité a commencé à être comprise il y a plus de quarante ans : un éditorial publié dans la revue ‘The Lancet’ en 1968, allait dans ce sens. De nombreuses études n’ont cessé de souligner depuis les années 70 le rôle de ces additifs dans la survenue des cancers.

En 2015, l’IARC (International Agency for Research on Cancer ou CIRC : Centre International de recherche sur le cancer – l’une des agences de l’OMS) a rendu publique  une synthèse de la monographie sur l’évaluation du potentiel cancérogène de la consommation de viande rouge et de produits carnés transformés.

 Toutefois, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), censée protéger notre santé ,rejette la proposition au motif  que le cancer est une « maladie multifactorielle : hérédité, mode de vie sédentaire, environnement, tabac, alcool, alimentation,… ».

Cependant, L’IARC a inscrit la charcuterie au rang des produits certainement cancérogènes (catégorie 1= avéré.)

De nouveau, le 13 janvier 2021, un  rapport parlementaire  recommande de bannir le nitrite contenu dans les jambons et autres charcuteries d’ici 2025 ; en effet  cet additif est soupçonné de favoriser l’apparition de certains cancers, notamment le cancer colorectal.
 De leur côté, les professionnels de la charcuterie plaident pour que les parlementaires attendent la parution d’un avis de l’Anses (Agence de Sécurité Sanitaire)  mandatée par le gouvernement.

Connus sur les emballages sous les codes  E249,  E250, E251, E252, ces additifs ont un rôle important pour les industriels : celui de prolonger la date limite de consommation tout en donnant une couleur appétissante rose au jambon (censé être gris !). Malheureusement, d’un point de vue sanitaire, comme le souligne Axel Kahn Professeur et  Président de la Ligue contre le Cancer, en s’appuyant sur des expertises scientifiques de l’OMS, ces nitrites augmentent le nombre de cancers.

L’industrie charcutière a construit tous ses processus de fabrication autour des nitrites, ainsi, pour se défendre de leur utilisation, ils argumentent que ces additifs auraient un rôle essentiel et  sanitaire en empêchant le développement de bactéries très dangereuses pour l’homme comme le botulisme et la salmonellose.
Emmanuel Ricard, délégué à la prévention des cancers à la Ligue contre le cancer affirme «  qu’aujourd’hui, avec les frigos et la chaîne du froid, ce sont des choses dont nous n’avons plus besoin. On peut s’en passer  et il faut l’interdire, cela a des conséquences sur la santé ».(interview France Info du 20/11/2019 )
L’industrie agroalimentaire sait s’en passer puisqu’on trouve de plus en plus de produits sans nitrite dans nos rayons. 

Une fois de plus, du côté des politiques, le ministre de l’agriculture, Julien Denormandie, a clairement formulé le souhait d’attendre le verdict de l’ANSES pour trancher la décision face  à la Fédération des Industriel et Charcutiers Traiteurs ( la FICT) qui n’a pas digéré ce rapport parlementaire.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

RÈGLES DE VIE POUR NOUS PROTÉGER DES EPIDEMIES MODERNES : CANCER ET MALADIES ENDOCRINIENNES.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire