En 2022, continuons d’être unis pour protéger notre océan et notre planète.

Merci à tous ceux qui nous ont soutenus en 2021 avec un bel élan contre Ostreopsis .
Gardons notre rythme en 2022 avec de nouveaux projets …

L’adhésion est très importante pour montrer la vitalité d’une association afin de lui donner plus de poids devant les différences instances.
Merci d’avance pour votre soutien .

Ci-dessous, extrait de l’article de Médiabask du 3 Janvier 2022 .

La pollution, un sujet qui fait des vagues

La présence de liga (ou boue marine), les pollutions aux hydrocarbures, aux nitrates ou encore aux microplastiques ne sont pas toujours simples à détecter à l’œil nu, rappellent les associations environnementales durant l’été. Or, la présence de substances chimiques dans l’eau ne fait pas, en temps normal, l’objet de prélèvements par les autorités sanitaires, qui se focalisent sur la pollution bactériologique.

L’Agglo diligente et participe à plusieurs études dont l’une d’entre elle vise à analyser la présence de tensioactifs dans les mousses marines et une autre, à identifier les origines du liga.

De leur côté, Coordination santé environnement Vague toxique et le Collectif des associations de défense de l’environnement (Cade) mènent aussi l’enquête. Du 25 juin au 31 août, ils récoltent les témoignages d’usagers du littoral basque. Ils relèvent 548 signalements pour soucis de santé. Parmi eux, 396 proviennent d’habitants des Pyrénées- Atlantiques.

L’enquête, menée en collaboration avec la dermatologue de Biarritz Sylvie Peres-Pierron, démontre aussi que l’apparition de l’algue ostreopsis n’a pas été favorisée par des conditions climatiques extraordinaires (pluie ou chaleur).

https://www.mediabask.eus/fr/info_mbsk/20220103/malaise-sur-les-plages-avec-l-ostreopsis-siamensis

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

LES ADDITIFS AU NOM DE CODE : E

Pour la petite histoire, certains additifs sont utilisés depuis l’Antiquité, par exemple le sel de mer ou les nitrites. L’industrialisation des modes de production s’est accompagnée d’une multiplication des additifs alimentaires permettant de produire en grande quantité et de repousser les dates de péremption.
Le but de ces additifs étant que le consommateur reçoive un produit appétissant  avec une belle texture et du goût.

Plus de 300 additifs alimentaires sont autorisés dans l’Union européenne, on compte parmi eux : des agglomérants , des épaississants , des correcteurs d’acidité, des exhausteurs de gout et autres agents de textures sont autorisés.

L’INSERM et L’ INRAE ont calculé la quantité d’additifs avalés par les français : 155,5 milligrammes d’additifs / kilo de poids corporel soit 4kg pour un français de corpulence moyenne et jusqu’à 9kg pour un consommateur accro à la malbouffe !

Le top 50 comprenait également plusieurs additifs alimentaires dont les effets négatifs potentiels sur la santé ont été suggérés par des études expérimentales récentes : lécithines (86,6 % des consommateurs), mono- et diglycérides d’acides gras (78,1 %), carraghénane (77,5 %), nitrite de sodium (73.9 %), di-, tri- et polyphosphates (70,1 %), sorbate de potassium (65,8 %), métabisulfite de potassium (44,8 %), acésulfame K (34,0 %), cochenille (33,9 %), nitrate de potassium (31,6 %), sulfate d’ammoniaque caramel (28,8 %), bixine (19,5 %), glutamate monosodique (15,1 %) et sucralose (13,5 %).

Plus connus sous le nom de E :https://www.quechoisir.org/comparatif-additifs-alimentaires-n56877/

E471 (céréales transformées, huiles, crèmes, pâtes, cacao, produits à base de chocolat, aliments infantiles, compléments alimentaires…) : Des études pourrait occasionner une augmentation de la perméabilité de la barrière intestinale et favoriser ainsi les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, une adiposité accrue (syndrome métabolique), et le développement de diabètes.

E407  (Très nombreuses catégories d’aliments, interdit dans certaines confiseries (risque d’étouffement) : Le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé les carraghénanes dégradés comme cancérogènes possible (groupe 2B). 

E250 et E249 ( Viandes transformées non traitées et traitées thermiquement, diverses charcuteries locales traditionnelles ) : Lors de la digestion, les ions nitrites réagissent avec les acides aminés issus des protéines pour former des nitrosamines. Or 4 de ces substances sont classées cancérogènes probables (avec, en particulier, un risque accru supposé de cancer du côlon)

E621 : ( Très nombreuses catégories d’aliments, interdit en alimentation infantile)  De possibles effets reprotoxiques et embryotoxiques ont été soulevés. 

Certains noms paraissent naturels mais n’existant pas ainsi à l’état naturel , ils deviennent toxiques pour notre organisme .

C’est tout le problème des aliments hyper-industrialisés. ( Cf notre article sur la malbouffe)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les contaminants chimiques dans les milieux aquatiques .

Voici les  substances d’intérêt émergent ( autrement dit les polluants ) dans les eaux de surface )  et  les eaux  de  rejets  (eaux  de  sortie  et  boues  liquides  de  stations  de traitement des eaux usées – STEU) dite « émergents nationaux 2018 » ou EMNAT 2018.
Cette campagne, pilotée par l’Ineris, a permis de lister  53 substances d’intérêt émergent (36 biocides et 17 detergents ) dont certains sont des CMR = Carcinogenes Mutagènes et Reprotoxiques

Si certaines sont PNEC (concentrations prédites sans effet qui correspondent à des valeurs seuils en regard des effets ecotoxicologiques)

La famille des surfactants (détergents), les acides benzène alkyl sulfoniques (LAS) sont les substances les plus fréquemment quantifiées. Avec les concentrations médianes les plus élevées dans les échantillons d’eau et de sédiment, aussi bien en métropole que dans les DROM.

Dans la famille des biocides, le fipronil a été la substance la plus fréquemment quantifiée dans les échantillons d’eau de métropole et des DROM mais présentait des concentrations médianes plus faibles que d’autres biocides. La méthyl-nonyl-kétone a été la substance la plus fréquemment quantifiée dans les échantillons de sédiments de métropole et des DROM et présentait les concentrations médianes plus élevées.
Ces 2 molécules sont  des biocides, utilisés comme insecticides, répulsifs pour les animaux domestiques.se sont reveleés tres toxique pour les abeilles

Méthylisothiazolinone.Les conservateurs des cosmétiques sont aussi très présents .


Certaines substances sont identifiées comme fortement critiques vis-à-vis  de leur dépassement dans  l’eau,  les  sédiments  de  Métropole  ou  des  DROM.  Il  s’agit  en particulier des LAS C12 et C13.

Ce sont des détergents anioniques . Ces détergents synthétiques les plus utilisés (3,5 millions de tonnes en 2016) le plus connu est le sodium laureth sulfate.
Ils sont présents dans les dentifrices ,shampooings , savons , lessives … mais aussi dans les produits phytosanitaires de l’agro-industrie .

Si ils sont  considérés comme se dégradant rapidement ( 3 à 4 semaines !) en présence d’oxygène, ils sont responsables des mousses compactes jaunâtres que nous connaissons trop et  génèrent  d’autre molécules toxiques  qui brulent les végétaux et les branchies des poissons. De plus, c’est encore plus  long dans les STEU où ils persistent dans les boues.

Si  les 53 molécules le plus souvent rencontrées sont citées, il faut rajouter les micro-doses répétées quotidiennement qui font le poison ; nous vous laissons imaginer à quel cocktail sont soumis notre faune et notre flore et nous au bout de la chaine alimentaire DONC plus que jamais pour nos rivières , nos océans et notre santé :  optez pour une alimentation Bio et des produits d’hygiène Bio .

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Règles de vie de Prévention contre les cancers et maladies endocriniennes

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Perturbateurs endocriniens ou hormonaux : le défi de notre siècle

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

OSTREOPSIS EMPOISONNE AUSSI LE SENEGAL

Le Monde relate qu’Ostreopsis empoisonne aussi la vie des sénégalais à Ouakam, quartier de Dakar.
Comme toujours, le réchauffement climatique est évoqué.

On peut cependant constater sur la carte qu’Ouakam , ville de 70000 habitants, est loin de toute station d’puration.

Des efforts sont pourtant faits avec des stations d’épuration équipées de système tertiaire avec récupération des eaux traitées ( ou non ?) pour irriguer & fertiliser les exploitations ou des golfs.

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Les Micro-algues , celles qui ont tout bon !

Après celles qui nous ont gâché l’été, voici celle qui vont nous sauver !

 Pour la planète et notre santé, nous devons diminuer notre ration de protéines animales mais il est indispensable d’équilibrer cet apport autrement  Les besoins quotidiens en protéines sont en moyenne de 0,8 g à 1g  par kilo de poids corporel et par jour .Il faut donc compenser  par des protéines végétales  prises régulièrement.

S’il est recommandé de trouver des protéines dans les végétaux, céréales et légumineuses les  (micro) algues sont aussi très intéressantes

La chlorelle et la spiruline :2 micro-algues passionnantes

 Elles ne contiennent ni sucre, ni sel ; elles sont donc  consommables par les cardiaques, les hypertendus et les diabétiques ainsi que les femmes enceintes et allaitantes

 La chlorelle et la spiruline aident à lutter contre les anémies. Chlorelle et spiruline ont des taux en fer bio-disponible et en B12 les plus élevés de tous les végétaux.Mais aussi des antioxydants, des immuno stimulants , des vitamines des mineraux : elles ont tout bon !

Enfin elles sont particulièrement intéressantes pour les végétariens stricts et les personnes dénutries.

Les choisir avec le label Bio , origine France ,sans additifs .
Bien vérifier dans la composition le nom de ces 2 micro-algues, sinon il y a un risque de mélange avec d’ autres algues de moindre qualité .

Marques conseillées :  Flamand vert , Sol semilla, Oesmine

SPIRULINE

Lorsque les Européens abordèrent en Amérique centrale, ils découvrirent que les Aztèques tiraient du grand lac Texcoco, situé près de Mexico, une sorte de « boue » bleue à haute valeur nutritive, le tecuitlatl ou spiruline. En Afrique, certaines peuplades du Sahara récoltent depuis très longtemps, dans le lac Tchad, une substance semblable, le dihé,

Protéines = 65 % en poids (norme : >50) très bon équilibre en A aminés essentiels
Glucides = 15 % en poids 
Minéraux = 7 % en poids (cendres totales : <10) 
Lipides = 6 % en poids 
Fibres = 2 % en poids 

 La phycocyanine, ce pigment protéique respiratoire unique à la spiruline, intervient au niveau de la moelle osseuse, lieu de synthèse des glogules, en stimulant la fabrication des cellules souches des lignées sanguines rouges et blanches ce qui augmente notre immunité.
Elle contient  bêta-carotène, de vitamine E, de zinc et de sélénium, qui comptent parmi les antioxydants les plus efficaces des aliments anti-âge et de la lutte contre le stress oxydatif.

Par la présence de protéines associées à la stimulation de la synthèse sanguine et au cocktail de vitamines, la spiruline améliorerait les performances musculaires

Recettes : du riz brun, de miso, d’algues wakamé et kombu, soupes salades et jus  .Risotto : https://www.consoglobe.com/le-risotto-a-la-spiruline-cg

CHLORELLE

Elle constitue aussi un bouclier naturel de protection contre ces toxines. Elle améliore l’état de santé général grâce à l’apport de l’acide aminé tryptophane contenu dans la chlorelle, elle permet la synthèse de la sérotonine l’ hormone du bonheur

La chlorelle contient 30 % de fibres comme celles trouvées dans les légumes, favorisant le bien-être intestinal en renforçant la croissance des lactobacilles.

Valeurs nutritionnelles indicatives : les protéines constituent plus de 50 % de sa composition. Elles sont digestibles et sont la source de 19 acides aminés différents dont les 8 aminoacides essentiels de haute valeur biologique, plus élevée que celle des céréales.

Valeurs caloriques indicatives moyennes de la chlorelle pour 100 g : 1722 kJ (409 kcal) :

Protides min : 45 % max : 55 %

Glucides min : 15 % max : 20 %

Lipides min : 10 % max : 13 %

Sels minéraux min : 6 % max : 9 %

Fibres min : 6 % max : 8 %

Eau min : 3 % max : 6 %:

Chlorophylle : Min : 2,6 g/100g. Max : 3,6 g/100g

Lutéine : Min : 400 mg/100g. Max : 650 mg/100g

Les lipides de la chlorelle sont en particulier des acides gras essentiels polyinsaturés de type oméga 3  très bénéfiques pour l’éclat et la souplesse de la peau. Enfin, c’est un apport en lutéine exceptionnel, constituant majeur de la macula (une partie de la rétine) c’est donc aussi un aliment important pour une bonne vue

Idées de Recettes :
Le matin

• dans 1 verre de jus de fruits frais pressés ou un jus vert ( épinard , persil ,céleri ,pomme …)

Ou dans une décoction de gingembre (une racine de gingembre bio épluchée , bouillie dans 1 l d’ eau minérale + jus de citron + miel

• 1 cuillère à café (cuillère à dessert) de poudre de chlorella ou de spiruline

Bien agiter dans un shaker ou un pot bien fermé
Sur vos salades ou dans vos soupes miso, les choisir en paillettes

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Bilan d’un été d’un nouveau genre

Depuis des années la commission eau du CADE s’inquiète des risques pour  la santé de la pollution des eaux littorales bactériologique et chimique ; la réponse classique était « il y a plus de risque de noyades » 

Hors, d’après les cas recensés auprès de nos confrères urgentistes, médecins et pharmaciens, nous savions que comme sur toutes les plages polluées par des rejets humains il y a des cas d’infections de type : otite, sinusite, gastro-entérite , cystite …de plus  déjà en 2020 des cas d’Ostréopsis à Hendaye avaient retenu notre attention.

Donc en partenariat avec le comité des pêcheurs (voir fin de l’article ci-dessous )nous avons mis ce questionnaire en ligne.

Un grand merci à tous les contributeurs, votre participation nous permet d’avoir un reflet de l’épisode  de prolifération de la micro algue Ostreopsis

Mis en ligne le 25 juin, nous avions chaque jour quelques témoignages d’infections souvent récurrentes depuis des années.

➢ Mais un  pic apparait qui se déroule entre le 25 juillet 2021 – 09 août 2021qui sera rattaché à la prolifération de la micro-algue Ostreopsis sp

Zoom sur l’épisode  Ostreopsis sp :

• La première manifestation date du 31 juillet à Erromardie,

• 2 pics enregistrés à Cénitz (18 cas les 5 et 8 août), 12 cas déclarés à l’Uhabia le 06 août, 12 cas déclarés à la plage du Centre Bidart et à la Côte des basques le 08 août, 11 cas déclarés à Parlementia le 08 août

• 5 août : Pic à Guéthary, forte augmentation à Bidart

• 6 août : Pic à Saint Jean de luz

• 8 août : Pic à Biarritz, Bidart et Guéthary

➢sur les 548 cas de 2021 (mais souvent nous recevons un témoignage pour une famille ou un groupe de personnes en particulier de la part des MNS  et 70% d’atteintes dans les cours de surf au pic de l’épidémie.

396 déclarants (72 %) originaire du département 64,

152 déclarants (28 %) originaire hors du département 64 dénommés « Touristes »

➢ 80,1 % des déclarants totaux ont entre 20 et 50 ans

Symptômes :

• Si toutes les classes d’âge sont atteintes avec une prédominance nette des affections ORL (67%) quelque soit l’âge du déclarant. Le pourcentage de mal-être général augmente chez les déclarants de plus de 60 ans, ( 24%). Viennent ensuite les affections  digestives(10 ,5)  cutanées (9%)   enfin ophtalmologiques (7%)

84 personnes (15,3 %) ont consulté un médecin généraliste ou spécialiste : 66 consultations concernent des habitants du 64 et 18 des « touristes »

A noter que la majorité des cas sont déclarés entre le 5 et le 09 août (338 cas ; 61,7 % des cas totaux). Paradoxalement, le taux de consultation de médecin chute sur cette période à 9,4 %

Est du au fait que les cabinets médicaux étaient  surchargés ou que la connaissance des symptômes liés à cette micro algues et le faits qu’ils étaient spontanément résolutifs en quelques jours a rassuré ?

   Sur les 4 derniers étés, l’été 2021 est celui qui présente les conditions hydro- climatiques les moins caractéristiques du changement climatique en termes d’ensoleillement et de température ; ces facteurs  ayant une forte influence sur la photosynthèse

Gestion de la crise : les plages ont été fermées semble-t-il plus parce que beaucoup de MNS étant atteints et que la surveillance de la baignade était compliquée. Nous ne disposons pas encore du bilan de fermetures de plages pour 2021, il n’est remis aux associations qu’en Janvier.

 Comme vous pouvez le lire  dans notre post de la semaine dernière, pour nous la prolifération de cette microalgue comme celle à l’origine du Liga sont liées et en rapport avec un phénomène appelé eutrophisation (*voir ci-dessous); c’est pour cela que nous avons joint notre action à celle des pêcheurs.

Vous pourrez aussi voir qu’il existe plusieurs variétés de microalgues toxiques ; nous avons eu la « chance » d’avoir une forme peu toxique  mais des  actions sont urgentes pour prévenir une évolution plus grave .

eutrophisation Dans le contexte d’accroissement général de la population humaine et particulièrement sur notre côte basque , les apports en zone côtière d’éléments nutritifs (Azote et Phosphate) d’origine diverses (engrais agricoles, rejet d’effluents de station d’épuration, effluents d’ élevage, lessivage des sols, ruissellement …) stimulent la croissance des végétaux comme les micro algues (=phytoplancton) ou les macro-algues. Les principaux vecteurs de ces apports sont les cours d’eau et les rejets de station d’épuration. 

Nous vous en parlons souvent dans vague toxique, les conséquences de ces rejets de substances nutritives c’est l’eutrophisation des milieux aquatiques. Selon la saison et les conditions environnementales, l’eutrophisation se caractérise par la prolifération de certaines espèces végétales (algues vertes, phytoplancton parfois toxique) au dépend d’autres et contribue à la perte de biodiversité. Le changement climatique offre un contexte environnemental aggravant  qui amplifie les symptômes environnementaux. La prolifération du phytoplancton toxique Ostreopsis sp. est une manifestation de l’eutrophisation des eaux littorales basques au même titre que le liga décrite par les pêcheurs ou la prolifération d’algues vertes

Référence : Memento de planctonologie de Jean d’Elbée

Vous pouvez encore plus nous aider en adhérant au CADE : https://www.cade-environnement.org/adhesion-individuelle/ )
C’est le nombre d’adhérents qui fait la force d’une association.
C’est particulièrement important en ce moment où nous portons plainte contre X pour « rejets de pollution » afin que la lumière soit faite sur ces problèmes

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

Comprendre la Toxicité des micro-algues

Dans l’ouvrage Memento de planctonologie de Jean d’Elbée, l’auteur rapporte, dans une étude portant sur les TIAC (Toxi-infections alimentaires collective) sur la période 1996-2010 en France, que les virus représentent 45% des TIAC, les microalgues de type dinoflagellé 22%, les entérobactéries 10%. Cela est suivi par le réseau Rephy (Réseau de Surveillance du Phytoplancton et des Phycotoxines).

Nous devons donc comprendre pourquoi les problèmes se multiplient et ce que nous pouvons faire pour les éviter.

Dans le contexte d’accroissement général de la population humaine et particulièrement sur nos côtes, les apports en zone côtière d’éléments nutritifs (Azote et Phosphate) d’origine diverses (engrais agricoles, rejet d’effluents de station d’épuration, effluents d’élevage, lessivage des sols, ruissellement …) stimulent la croissance de certains végétaux comme les microalgues (=phytoplancton) ou les macro-algues. Les principaux vecteurs de ces apports sont les cours d’eau et les rejets de station d’épuration.

Nous vous en parlons souvent dans Vague Toxique, les conséquences de ces rejets de substances nutritives c’est l’eutrophisation des milieux aquatiques. Selon la saison et les conditions environnementales, l’eutrophisation se caractérise par la prolifération de certaines espèces végétales (algues vertes, phytoplancton parfois toxique) au dépend d’autres et contribue à la perte de biodiversité. Le changement climatique est un facteur aggravant et la prolifération du phytoplancton toxique Ostreopsis sp., est une manifestation de l’eutrophisation des eaux littorales basques au même titre que le liga décrite par les pêcheurs ou la prolifération d’algues vertes.

Ostreopsis sp : Il s’agit d’un genre de dinoflagellés (phytoplancton) de la famille des Gonyaulacaceae présent dans l’environnement maritime. Le genre Ostreopsis compte une dizaine d’espèce dont Ovata et siamensis et sont capables de produire des analogues de la toxine palytoxine telles les ovatoxines ostreocines et mascarentoxines Il s’agit d’une neurotoxine susceptible de provoquer des irritations cutanées, oculaires, muqueuses, de la fièvre et une gêne respiratoire. La contamination se faisant par contact direct dans le milieu marin ou inhalation des embruns (aérosols marins, chargés en phycotoxines), ou consommation des produits de la pêche contaminés ((cf Memento de planctonologie)

Ovata ou Siamensis : là n’est pas le problème.
 Vous pouvez voir la multiplicité des risques toxiniques liés aux eaux polluées dans la  Note à la fin de l’article. En Adriatique, où le liga est présent, les chercheurs ont établi un lien entre les concentrations d’Ostreopsis et les rejets de station d’épuration (Source) Notre système d’épuration des eaux usées doit donc être à la hauteur des enjeux touristiques et économique de notre littoral. Nous réitérons notre demande réalisée auprès du Président de la CAPB Mr Etchegaray et du député Mr Bru mais qui n’a pas abouti : la mise en place urgente d’états généraux de l’assainissement, pour un respect de la directive européenne : Directive n° 2000/60/CE du 23/10/00

NB : Avec la détérioration des milieux aquatiques, en plus d’Ostreopsis, les risques sont multiples
Source : Memento de planctonologie de Jean d’Elbée ; Chapitre 11

Microalgues excrétrices de toxines 

Type PSP : toxines paralysantes (en anglais PSP, Paralytic Shellfish Poison Dinoflagellés des genres Alexandrium, Gonyaulax, Gymnodinium et Pyrodinium,

Type  ASP toxines amnésiantes (en anglais ASP, Amnesic Shellfish Poison), produites par les diatomées du genre Pseudo-nitzschia

Type  NSP Toxines neurotoxique NSP ( neurotoxic shellfich poisoning) Causée  par un dinoflagellé karenia Brevis

Bactéries et virus

Cyanobactéries qui libèrent des toxines dans le milieu aquatique et peuvent aussi donner des signes proches de ceux décrits plus haut

 Par des bactéries (vibrion cholérique et apparentés) Escherichia coli et entérocoque (celles suivies lors de la surveillance des plages ) mais aussi des virus de type Noro. , sapo. , rota  …

Publié dans Non classé | Un commentaire

QUESTIONNAIRE SUR LES SYMPTOMES SURVENUS APRES UNE ACTIVITE NAUTIQUE

Répondez via ce lien au « Questionnaire sur les symptômes survenus après une activité nautique » : https://docs.google.com/…/1FAIpQLSenVFSzWcS…/viewform…

Plus vous serez nombreux à répondre, mieux nous sensibiliserons les pouvoirs publics sur ce sujet.

Un réseau de citoyens basques a mis en place ce questionnaire anonyme visant à collecter de façon structurée les observations de la population locale et des usagers du milieu maritime afin d’évaluer la fréquence et les périodes d’apparitions de symptômes suite à une activité littorale (baignade, sport de glisse, surf, plongée, pêche… ).

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire